D'après des textes de Sénèque, Alexéievitch, Hatzfeld, ...

Mise en scène, Serge Lipszyc

 

 

Nous sommes tous des Assiégé(e)s

Des voix qui émergent du noir, des visages légèrement surlignés par des rais de lumière. Une oppressante quadriphonie sans autre effet que le verbe. Et ce verbe qui dit l'horreur de la guerre, la cruauté des bourreaux puis leur repentance, la souffrance des innocents.

Des écrits de Sénèque (qui rythment comme une mélopée ce collage de textes) aux témoignages de survivants Tutsi, la barbarie sans fin et sans cause nous encercle dans une scénographie bien loin des schémas traditionnels.

 

Les dix comédiens, qui sont ici uniquement des passeurs de mots, sont juste à côté de nous, comme ces voisins qui en temps de guerre se révèlent ennemis, comme ces victimes dont on s'écarte, le soir au journal de 20 heures, le temps d'un zapping ou d'un passage en cuisine. En un peu plus d'une heure, Assiégées nous dit bien plus que les tonnes d'images télévisées. Car cette fois, le verbe incarné sobrement nous atteint. Assiégées nous dit « maudits soient nos yeux fermés ».

Cet oratorio réveille la part de citoyen enfoui dans nos inconscients de téléspectateurs. Le monde va toujours mal. Cette création nous demande d'écouter le monde dans toute sa déraison. Avec comme seule arme l'écrit. Celui qui aura toujours le dernier mot.

 

Scénographie - Sandrine Lamblin, Costumes - Anne Rabaron,

Lumières - Jean-Louis Martineau

avec

Bruno Cadillon, Juliane Corre, Isabelle Gouzou, Valérie Durin, Pascal Gleizes, Catherine Gotrand , Sylvain Méallet, Gérard Chabanier, Stéphane Gallet, Annick Garnier

© 2014 Cie du MATAMORE

Rejoignez la Compagnie du Matamore sur Facebook