de Hanokh Levin

 

Texte français
Laurence Sendrowicz
"Les textes du spectacle sont publiés aux éditions Théâtrales".

Mise en scène de Serge Lipszyc

Scénographie Sandrine Lamblin
Costumes Anne Rabaron
Lumières Jean louis Martineau
Composition musicale Stéphane Moucha

 

Avec Juliane Corre, Catherine Ferri, Valérie Durin, Elsa Rosenknop, Gérard Chabanier, Stéphane Gallet, Bruno Cadillon, Henri Payet , Sylvain Méallet

 

 

 

Le rire comme exutoire

Les grands dramaturges se reconnaissent à leur capacité de lire et de retranscrire le monde.

Hanokh Levin est de ceux-là. Ces pièces brèves en sont la preuve indéniable. Si toute son écriture s'inscrit dans l'histoire d'Israël, elle dépasse ce cadre pour toucher à l'universel. Levin utilise le rire comme arme fatale de dissuasion pour nous renvoyer à notre état de pantin désarticulé dans un monde qui nous échappe. Il s'inscrit dans la grande tradition des empêcheurs de tourner en rond. Petit-fils de Molière et de Brecht à qui il aura emprunté leur sens de la dérision et du politique, Levin renverse les valeurs et s'attaque de front à la bêtise humaine.

Aujourd'hui reconnu (dix ans après se mort) il est, à juste titre, de plus en plus joué sur les scènes européennes. Preuve, s'il en était besoin, que son théâtre ne fait que répondre à la crise qui nous submerge.

Le théâtre a aussi cette fonction. Nous renvoyer l'instantané de ce que nous sommes et espérer nous réveiller.

Vaste projet, mais le proverbe le dit bien:" l'espoir fait vivre". Le rire est dans ce cas la meilleure des thérapies. A nous de l'utiliser sans modération.

Levin était donc un visionnaire. Il est mort trop tôt mais son écriture décapante reste vivante et fait défaut au monde d'aujourd'hui. Il aurait fait son miel de ce joyeux bordel: On nous prend pour des vaches à lait, on nous fait avaler des couleuvres, on nous caresse dans le sens du poil, on nous vend le peau de l'ours...(compléter le bestiaire...).

Une solution: Une seule arme, le rire, noir, métaphysique ou énorme selon l'occasion, pour sauver l'espèce. Alors embarquons-nous sur ce radeau de la méduse des temps modernes et tachons de couler en chantant.

On verra donc sur scène au milieu des flots, un bastringue en perdition où il sera question de Dieu, de hot-dog, de magie, de politique, de voyages, de théâtre, de salle de bains, de guerre, de paix, du monde et d'amour.

Serge Lipszyc

 

 

PROMESSE

 (chanson)

 

Je vous promets du sang et des larmes

Ca, vous pouvez compter sur moi

Et si j'dis du sang et des larmes

Ce sera du sang et des larmes

Et en plus vous transpirer.

Je vous promets que ça ira mal

Ca, vous pouvez compter sur moi

Et quand , j'dis que ça ira mal

C'est que ça ira vraiment mal

Pas seul'ment mal, de mal en pire

C'est sans espoir que vous vivrez,

Ca vous pouvez compter sur moi

Et quand je dis que vous vivrez

Quelques-uns d'entre vous vivront

Mais on s'demandera à quoi bon.

 

 

 

© 2014 Cie du MATAMORE

Rejoignez la Compagnie du Matamore sur Facebook