de Molière

 

Mise en scène - Serge Lipszyc

Scénographie - Sandrine Lamblin

Costumes - Anne Rabaron

Lumières - Jean-Louis Martineau

 

 

Bruno Cadillon : Philinte

Gérard Chabanier : Basque / Dubois

Juliane Corre : Eliante

Valérie Durin : Célimène

Julien Léonelli : Acaste

Serge Lipszyc : Alceste

Nadine Darmon : Arsinoé

Henri Payet / Lionel Muzin : Oronte

Sylvain Méallet : Clitandre

 

 

 

 

Pourquoi le Misanthrope ?

J’ai souhaité revenir au texte. À Molière. il faut faire entendre le texte et essayer de ne pas aller à la facilité et à la convention d’une prétendue manière de jouer la comédie moliéresque.

C’est certainement sa pièce la plus autobiographique et l’humanité profonde qui se dégage de tous les personnages mérite à mon sens une réflexion approfondie. Le mal-être généralisé de ces hommes et de ces femmes rend la pièce violente, sourde et drôle et ce n’est pas un paradoxe car l’humour est omniprésent et permet la survie dans une époque policée où le paraître régente les rapports humains.

La maison de Célimène, lieu unique de la représentation, est un lieu de rendez-vous. On fait salon, on se place, et on ne peut s’y aimer que sous le regard des autres et de l’incontournable Louis XIV. Car le Roi, protagoniste le plus important de cette pièce , est absent et partout à la fois.

On se rend compte de l’extrême intemporalité du propos. Car ce n’est rien moins que notre rapport du monde, à l’amour et au pouvoir qui est le sujet de la pièce.

Les personnages du Misanthrope développent des stratégies de survie. Ayant choisi de vivre proche de la cour, ils doivent en assumer les règles et les conséquences. Dans ce formidable jeu de société, pas d’alternative, on se plie ou l’on part. Encore faut-il en avoir la force et ne pas être en état d’amour et par conséquent de faiblesse. L’affectif ronge Alceste. Cette incapacité à dominer le sentiment, cette contradiction, cet état de torture mentale a fait la vie de Molière.

Il nous les restitue ici et la magie de l’œuvre transforme le drame personnel en mythe qui nous questionne tous les jours

© 2014 Cie du MATAMORE

Rejoignez la Compagnie du Matamore sur Facebook